Bonjour,

 

Lorsque nous avons choisi de créer un blog dans la résidence, l'objectif était d'améliorer la communication entre les résidents mais aussi d'offrir la possibilité aux copropriétaires d'avoir une vue sur sa vie. Comme suite aux différents récents échanges et discussions, je souhaite revenir sur ces derniers.

Tout d'abord, je souhaite préciser que l'ensemble des membres du conseil syndical sont des bénévoles élus en assemblée générale (se référer aux comptes rendus) nullement rémunérés pour cette activité, y compris lorsqu'ils sont dérangés le soir ou le WE pour ce type d'altercations. Notre rôle, ainsi que celui du syndic, est décrit sur chacune des présentations faites en assemblée générale comme reporté dans ce blog (notamment dans cet article - 3ème diapositive).

La résidence Rive Gauche, comme toute copropriété, dispose d'un règlement. Ce document, établi par Maitre Gillodes, définit les conditions d'usage de l'immeuble aussi bien pour les parties privatives que les parties communes. Il est remis à tous les copropriétaires qui l'acceptent au cours de l'achat de lots privatifs engageant, par là-même, les locataires. En effet, ces derniers l'acceptent de facto à la signature du bail de location. C'est donc l'ensemble des résidents, tant les copropriétaires que les locataires qui acceptent ce règlement.

Nous savons trop bien qu'il n'est pas forcément évident d'en connaitre le détail pour les conditions d'usages, en particulier dans le cas d'une première location ou, comme cela a été le cas pour bon nombre d'entre les copropriétaires dont moi, pour un premier accès à la propriété. C'est pour cette raison que nous avons édité un livret d'accueil après quelques années de vie de la résidence afin d'informer les résidents de la situation. Son contenu est aussi disponible sur ce blog.

En l’occurrence, pour en revenir à notre affaire, et se référant au règlement, "nul ne pourra, même temporairement, encombrer les parties communes, ni y déposer quoi que ce soit, ni les utiliser pour son usage personnel, en dehors de leur destination normale". Ainsi les différents vélos, scooters, motos, voitures, banc, affiches, résidus de déménagement dans les locaux poubelles, etc. que nous avons vu apparaitre dans les parties communes ou sur des places de parking qui ne leur sont pas attribuées, n'ont rien à y faire selon le règlement.

La plupart d'entre eux n'y sont plus et je profite de l'occasion qui m'est donnée pour remercier les résidents compréhensifs. Néanmoins ces non respects du règlement prennent du temps et de l’argent, demandent dans certains cas la pose de plots (ex: devant le local vélo ou l’entrée 87...) et se retrouvent donc sur l'ensemble des charges de copropriété conduisant chacun des résidents, y compris ceux qui respectent le règlement, à en devoir payer le montant. Donc, dans le cas de l'affaire récente, si le règlement avait été initialement respecté, nous n'aurions pas eu ces comportements, échanges et temps consacrés par les membres du conseil syndical.

D'autre part, suite aux discussions auxquelles il m'a été demandé de participer, il apparait aussi certaines confusions sur le rôle du syndic et celui du gestionnaire de location. Chaque copropriétaire décidant de louer son appartement assure la gestion soit directement soit via un organisme de gestion (tel que LoftOne, par exemple). C'est formellement à ces interlocuteurs et, uniquement à eux, à mettre à disposition l'ensemble des éléments permettant l'utilisation des parties communes de la résidence. Ainsi, dans le cas particulier de l'accès au local vélo, au local poubelle ou aux parkings, c'est au propriétaire ou à son gestionnaire de mettre à disposition des locataires les clés, télécommandes ou Vigic. L'absence de clé ou d'accès ne justifie nullement le droit de non respect du règlement.

Enfin, notre résidence est le reflet de notre société. Je ne soutiens pas non plus le comportement d'un "justicier masqué" dont le masque et l’anonymat font peser la suspicion sur l’ensemble des résidents. Je trouve personnellement que cette signature manque de courage même si je peux comprendre la lassitude vis à vis du non respect de l'usage des parties communes comme reporté par ailleurs suite à des soirées plus qu'arrosées (ici ou ) ou des agissements peu civiques ni respectueux de ses voisins.

Quoiqu’il en soit, comme évoqué au début de cet article, les visiteurs de ce blog auront pu constater qu’aucune censure n’a été établie et que chacun a pu s’exprimer librement, à partir du moment où les échanges restent courtois et civilisés. En plus de 6 ans d’existence de ce blog, seul un commentaire a dû être supprimé il y a quelques années, les propos étant manifestement orduriers et non adaptés à la vision que nous avons d’une vie en communauté civilisée.

En espérant que cela clarifie et apporte l'apaisement nécessaire à la vie de la résidence dans le respect de son règlement.

Pour ma part, je me consacre actuellement essentiellement à la préparation de l'audience du 13 décembre au tribunal de grande instance dans le cadre de notre affaire avec le groupe Carrère/ Loftone concernant la livraison des parties communes et en particulier à l'accès/sortie du parking sous-sol qui affecte au quotidien la majorité des conducteurs et voitures de la résidence.

 

Cordialement,

 

Bertrand RIVES, Président du conseil syndical Rive Gauche I à titre bénévole