(si vous souhaitez écouter le fond sonore de ce message, cliquez sur le lecteur ci-dessus)

 

Salut et Selamat Datang comme on dit ici!…

Et oui me voilà toute proche de l’équateur, au beau milieu de l’archipel indonésien, dans une île aux traditions hindoues et au riche héritage artistique indo-javanais : BALI !

 

 

A peine arrivée et comme ma valise ne m’a pas suivie, j’ai dû faire quelques courses,… pour cela direction Ubud ! Ubud est sans doute la capitale asiatique de l’artisanat ! Les choix ne manquent pas pour me trouver un sac ou tout autre sorte de tissus, objets en bois, peintures, bijoux en argent, batiks, poteries, sarongs… et tout ce qu’on peut imaginer.


L’importance de la tradition hindoue est visible un peu partout. Ici, à Uluwatu, à la pointe de péninsule du Bukit, le Pura Luhur Uluwatu domine la mer.

Les autochtones sont très sympas et j’ai pu largement discuter avec mon pote Mowgli, un macaque, qui m’a expliqué la signification des éléments constituant ce temple.


Il m’a ensuite invitée à un spectacle de danse balinaise traditionnelle. Là, ce sont les danseuses et le singe qui m’ont fait part de leurs rituels de transe et d’art dramatique javanais.

Uluwatu danse Uluwatu danse du feu


Mais Bali n’est pas simplement cela. Les campagnes sont magnifiques et la culture du riz, notamment à l’Est et au centre de l’île offre des paysages de rizières en terrasses somptueux.


C’est la conséquence d’un climat tempéré, de sols volcaniques fertiles et d’un immense savoir-faire.

A propos de volcan, impossible de louper le Gunung Batur, vers le Nord de l'île, haut de 1717 mètres,... sauf lorsque les brumes l'enveloppent. Et bien j'ai eu de la chance, ce matin là, les nuages offraient un paysage fantastique.


Celui-ci, au pied duquel s'étend le lac de Batur, est toujours en activité, la dernière éruption datant de l'an 2000.


Mais revenons à nos rizières, dont la production est la base de la nourriture balinaise. Ces cultures bi-annuelles se décomposent en 5 étapes passant par les semences en pépinières, la préparation du sol (inondations, labours, nivellements), la plantation et les repiques à la main ; la récolte (découpe, battage sur place) puis enfin et pour fertiliser le terrain, la mise à feu des chaumes après récolte. Derrière ces terrasses magnifiques se cache un savoir-faire ancestral dans les réseaux d’eaux. Pierre Paul Riquet s’en est largement inspiré pour faire le canal du Midi où j’aime beaucoup aller me promener. Tout cela, c’est par la gentillesse des paysans que je l’ai appris.


L’histoire de Bali est parsemée d’invasions. Les Hollandais en 1908 ont dévasté un magnifique palais du dieu de l’amour dans la ville de Klungkung. Aujourd’hui il ne reste que peu de vestiges de ce lieu, quasiment uniquement le Taman Gili (le « jardin île »).

Cela ne m'a pas empêché d’y découvrir des peintures de style wayang
au plafond du Kerta Gosa et du Bale Kambang, symbolisant les mythes de la culture balinaise. Pour cela, je me suis largement appuyé sur les explications des créatures mythiques qui entourent le pavillon.


Ceci est la fin de la première partie.

Retrouvez la suite de mes aventures à Bali et Bornéo dans la seconde partie : clic ici

 

(vous pouvez aller boire un coup pendant la pub !).

brOOky

 

Retour vers : brOOky la mascotte

Retour vers : ACCUEIL